seefeld in tyrolvoyage en autriche en 2007
Programme TV

Campingcar Loisirs et Bricolage




joyeux noël

Voyage en Hongrie 2010 par les adidu

JUILLET 2010

Au programme : Les chutes du Rhin à Schaffhausen, les châteaux de Louis II de Bavière, Bratislava, en Hongrie Budapest et Pecs, le nord de la Croatie, Zagreb, les lacs de Plivice et retour au bercail.

Samedi 10 Les trois camping-cars sont au rendez-vous départ d’Auch via l’A 20 jusqu’à Brive puis direction Clermont, Montceau les Mines, Dôle et bivouac sur le parking des grottes d’Osselle un peu avant Besançon ; orage le soir qui rafraichit bien.

Dimanche 11 direction Montbéliard, Delle et le long de la frontière franco-suisse arrivée à Bâle passage en Allemagne et retour en Suisse pour:

hongrie1

Les chutes du Rhin à Schaffhausen

Superbe ce site vaut vraiment la visite. Nous stationnons pour 3,5 € et décidons de passer la nuit sur place (7 €) l’aire est pratique nous regardons l’Espagne devenir championne du monde et passons une bonne nuit.


Lundi 12 nous longeons la rive nord du lac de Constance, puis par la Route allemande des Alpes
en admirant les superbes paysages de l’Allgau arrivons à la deuxièmeétape, les Châteaux de Louis II : Hohenschwangau et

hongrie2

Neuschwanstein

Il fait beau mais chaud 31° : nous montons en calèche. Parking 7€ pour 6 heures et 17 € pour les deux visites. Le stationnement nocturne est interdit sur le site nous partons vers Linderhof où nous trouvons un vaste parking en for êt à nouveau orage vers 22 heures qui nous permet de passer une bonne nuit au frais.


Mardi 13 visite de

hongrie3

Linderhof

Pour moi c’est le plus beau des châteaux de Louis II. Le jardin, le château, le cadre tout est magnifique. Nous avons de la chance de faire cette visite dès l’ouverture, le public arrive très nombreux. En route pour « Le petit Versailles » :


hongrie4

Herrenchiemsee.

Nous prenons le bateau pour nous rendre sur l’île. Il faut presser le pas c’est la dernière visite de la journée effectuée avec une sympathique guide francophone. On pense de suite à Versailles mais c’est le sentiment d’inachevé qui domine. On court pour embarquer avec le dernier bateau de la journée.


Tout près du parking, sur le bord du lac une aire accepte les camping-cars pour une nuit nous sommes une dizaine à l’ombre et passons encore une très bonne nuit. Tarif 10 € plus 3€ pour l’électricité mais impossible de se ravitailler en eau.

Mercredi 14 : vers les 6 heures un va et vient permanent nous réveille : les autochtones viennent prendre le bain dans le lac avant de se rendre à leurs occupations cocasse on n’y aurait pas pensé une seconde mais f ête nationale oblige on relève le défi et partons faire un petit plouf. L’eau est très agréable ! Cocorico on n’est pas plus frileux que les bavarois !

Route vers l’Autriche, on achète la vignette pour prendre l’autoroute afin d’avaler les kilomètres. Fin d’après-midi halte à :

hongrie5

Melk

Voir son abbaye chef-d’oeuvre du baroque en Autriche. Tout est magnifique, la Salle de Marbre, la Terrasse qui donne un point de vue sur la ville, le Danube et la façade de l’église abbatiale. La bibliothèque avec ses boiseries, son plafonds et ses nombreux ouvrages mais le choc est à la vue de l’église où le faste des ors et des marbres laisse sans voix.


L’étapeétait prévue à Vienne au Parc Oberlaa. Nous avions envisagé une rapide balade en soirée dans la capitale autrichienne mais la fatigue due à la canicule et l’agression de nuées de moustiques nous contraignent au repos barricadés derrière les moustiquaires de nos campingcars.

Jeudi 15 Longeant le Danube nous arrivons à

hongrie 6

Bratislava.

La capitale slovaque mérite une halte de quelques instants. La vielle ville est vite parcourue après la Bavière et Melk la comparaison est difficile. La place centrale avec le théâtre national, la porte Saint Michel, le temps de gouter à la bière locale, de faire le tour du château et en deux heures tout est vu.

Route vers Budapest à travers la triste campagne slovaque accablée de chaleur.

Nous traversons le Danube à Komárno pour entrer en Hongrie à Komárom ; depuis l’Autriche les langues sont …étrangères ! On ne comprend plus un mot. Enfin si bankomat où nous nous approvisionnons en Forint hongrois : 1€ pour 285 HUF pas facile à convertir mentalement. La route longe le fleuve et plus on approche de Budapest plus la circulation est dense surtout près des plages.

Le camping est facilement atteint et trois emplacements sont disponibles. Nous sommes soulagés et heureux de pouvoir lâcher les volants pour quelques jours.

Au Zugligeti Niche Camping on parle français les gérants mais aussi les clients ; une grande majorité est française. Nous sommes dans la for êt sur les hauteurs de Buda au frais et au calme. Le camping est petit mais bienéquipé et le bus à 100 m à peine ; par contre je ne vous recommande pas le restaurant. Demain matinéquipés de la Budapest Card trois jours nous partirons à la découverte de la «Perle du Danube ».

Vendredi 16 la première visite sera pour la rive droite à savoir Buda que nous découvrirons à l’arr êt du bus en prenant le tram n°2 qui longe la rive gauche jusqu’au Pont des Chaines. Là nous voyons l’imposant Palais Royal, l’église Saint Mathias se détacher dominant le Danube.

hongrie 7

Après avoir traversé à pied le Pont des Chaines, nous grimpons par le vieux funiculaire pour découvrir la colline de Buda ses rues bordées de belles façades, ses remparts qui procurent une très jolie vue sur Pest. Après une pose déjeuné la balade continue vers le Bastion des P êcheurs, l’église Saint Mathias et ses toits colorés Epuisés de marche etécrasé par la chaleur nous décidons de filer rive gauche nous rafraichir aux Bains Széchenyi qui sont mixtes et acceptent les enfants.

hongrie 8

Albert achète un superbe maillot de bain et tout le monde entre. Le bâtiment est magnifique, il y a beaucoup de monde mais personne pour nous guider dans ce dédale de pièces, de différents bains. Les températures de l’eau varient de 16° pour le plus froid à 38° le plus chaud. Les saunas les hammams les tourniquets etc. etc. Tous grands et petits se régalent c’est très agréable et très nouveau pour nous.


Epuisés mais ravis on rentre au camping après avoir parcouru l’immense Place des Héros.

Samedi 17

hongrie 9

Le Parlement

Pour visiter il faut réserver nous faisons donc la queue pour obtenir le précieux sésame lorsqu’un homme nous propose d’ être notre guide pour une visite commentée en français moyennant 5000 forints. Devant notre perplexité, il nous explique que le nombre de visites guidées gratuites est très limité et qu’il est déjà trop tard pour en obtenir et que le mieux est de lui faire confiance…. Rendez-vous est pris 45 minutes plus tard.

Notre argent n’est pas perdu puisqu’il est bien là à l’heure indiquée et qu’il nous présente le Parlement hongrois qui est bien surprenant par son architecture majestueuse.


hongrie 10

Le hall d’entrée et l’escalier d’honneur avec une profusion de dorures, la coupole immense le tout est de style néogothique et surprend les citoyens français que nous sommes puisque la couronne d’Etienne Ier et les joyaux de la couronne y sont exposés. La salle des députés toute en bois est en forme de fer à cheval et elle aussi couverte de dorures. Visite très intéressante notre guide connaît son sujet.

Maintenant nous filons vers le Marché central où nous pensons bien trouver à nous restaurer. Le bâtiment est lui aussi néogothique avec le toit couvert de majolique. Nous faisons provision de salamis plus quelques bibelots souvenir (l’endroit est tout de m ême un peu trop piège à touristes). Nous poursuivons en déambulant dans la rue Váci piétonne où une table ombragée nous permettra de nous restaurer avec un bon « gulyás » et uneénorme bière. Nous pouvons à présent flâner dans le centre de Pest qui nous surprend par la qualité de son architecture et le nombre d’édifices admirables m ême si beaucoup ont encore besoin d’ être restauré.


hongrie 11

Samedi, la grande Synagogue rue Dohany est hélas fermée.


hongrie 12hongrie 13

La basilique Saint Etienne de style néo-renaissance est vraiment imposante tout en se baladant nous arrivons devant la pâtisserie Gerbeaud mais résistons à la tentation et passons notre chemin. On arrive au bas de l’avenue Andrassy que nous remontons jusqu’à l’Opéra. Ici tout le monde est fatigué nous décidons de prendre le métro et comme hier direction les bains. Encore un bon moment de relaxation après toutes ces pérégrinations sous la canicule. La fin d’après-midi est là nous rentrons au camping où nous avons réservé une table pour le soir. La déception ce restaurant du Zuglieti Niche camping : service très très long pour un menu digne d’une mauvaise cantine. A oublier, au moins le frugal repas ne nous emp êchera pas de dormir.


hongrie 14

Dimanche 18

Dernier jour à Budapest, la troupe se divise, un groupe part faire du shopping, l’autre visiter le Musée des transports et le troisième le Musée Vasarely. Ce dernier mérite vraiment le détour on peut y voir toutes les périodes de l’artiste.


hongrie 15

On quitte le camping en tout début d’après-midi et direction Le Szoborpark : Le parc des statues de l’époque communiste. A l’écart dans une banlieue paisible l’endroit est comme un musée où l’on a rassemblé les témoignages d’une période de l’histoire pas si lointaine (20 ans). Lénine, Marx, le soldat l’ouvrier ils sont tous là les anciens héros du peuple.

Pour finir un panorama sur la capitale hongroise depuis la citadelle. La vue est immense sur toute la ville en contrebas Buda et les bains Gellert à droite Pest en fond l’île Marguerite. Des marchands de souvenirs, quelques canons de la seconde guerre mondiale et l’immense Monument de la libération qui lui n’a pas terminé au Szoborpark.

Nous quittons Budapest. Tout le monde aété agréablement surpris par la beauté de la ville on l’imaginait moins belle. M ême si elle n’a pas le charme de Prague et l’éclat de Vienne elle nous laissera un très bon souvenir et avec ses bains elle possède quelque chose que ses rivales n’ont pas. Au revoir Budapest.

La plaine hongroise défile le long de la nationale, nous n’avons pas acheté la vignette pour utiliser les autoroutes. Il est déjà tard lorsque nous atteignons les rives du fameux Lac Balaton où le vent soulève de belles vagues. L’air est frais mais le vent ne décourage pas les baigneurs ; après vérification l’eau est en effet très chaude. Nous arr êtons pour la nuit sur un parking en bord de plage à Siófok. Nuit très calme.


Lundi 19

nous roulons à travers la campagne hongroise. La vie à l’air paisible, dans les villages les maisons pauvres mais coquettes sont remarquablement fleuries, tout est bien entretenu. A midi arrivée à

hongrie 16

Pecs


hongrie 17

Les cloches sonnent, elles commémorent la victoire des Hongrois sur les Turcs. La ville est capitale européenne de la culture en 2010.De nombreux groupes folkloriques européens se promènent en costumes traditionnels. Nous pouvons nous garer dans le centre historique devant la basilique St Pierre. L’après-midi sera consacré à la découverte des trésors architecturaux de la ville. Le musée Csontváry comme le musée Vasarely natif de Pecs sont hélas fermés. Sur la place Széchenyi l’ancienne mosquée du pacha Ghazi Kassim est magnifique. Son intérieur surprend, c’est uneéglise catholique dans un bâtiment musulman, versets du coran, niche de prière.

Tout autour de la très jolie place, de belles demeures baroques et des rues animées ; il y a beaucoup de touristes. La soirée arrive très vite et nous quittons à regret cette très jolie ville en direction de la frontière croate.


Les douaniers hongrois sont très amicaux mais pas leurs collègues croates : on quitte l’Union Européenne pour un pays qui soigne encore ses plaies après la terrible guerre qu’il a connue.

hongrie 18

Mardi 20 La nuit passée sur un parking de Slatina en Slavonie, nous reprenons la route qui longe la frontière avec la Hongrie. Les paysages sont mornes, on rencontre beaucoup de gens à vélo ou en tracteur qui semble le moyen de locomotion le plus utilisé. Dans les villages les couleurs fluo des maisons surprennent sinon rien de très intéressant à part quelques vieux séchoirs à maïs en bois. Nous arrivons à

Varaždin

Petit joyau baroque protégé par un château tout blanc derrière de hauts talus. La vie à l’air paisible ici, la promenade dans les rues bordées de belles demeures est un ravissement pour les yeux. Nous quittons Varaždin pour la région du Zagorje croate en direction de la capitale Zagreb.


hongrie 19

Le paysage change, le relief est fait de coteaux plantés de minuscules champs de maïs ou de vignes. La région est très verte. Nous arrivons à

Marija Bistrica

Le Lourdes croate est endormi en cette fin d’après-midi estivale m ême les boutiques de bibelots sont fermées. L’église est entourée d’un portique en hémicycle recouvert d’exvoto témoin de la foi des habitants de la région. Adossé à la colline un vaste chemin de croix orné de sculptures. Il doit y avoir foule certains jours puisque le parking aménagé à l’extérieur du village est immense.


La route est de plus en plus sinueuse et pentue avant de plonger sur Zagreb où nous passerons la nuit sur un parking gardé à 12 €.

Mercredi 21

La matinée est consacrée à la visite de la capitale croate. Beaucoup de monde aux terrasses des cafés et c’est jour de marché fleurs, fruits et légumes sont proposés dans une joyeuse ambiance.

hongrie 20
hongrie 21

Mais pour Patrick c’est le maillot d’Ivano Balic qu’il veut ramener à Sébastien et nous mettrons plusieurs heures de magasins en gymnases pour pouvoir ramener le précieux cadeau. Nous pouvons quitter Zagreb pour la fraicheur des

Lacs de Plitvice

Où nous arrivons un peu trop tard pour la visite complète du site qui mérite il faut bien le reconnaître au moins une journée entière. Nous consacrerons 4 heures pour la partie supérieure. Quel dommage mais on reviendra quand on refera la côte dalmate.


hongrie 22

L’escapade croate qui n’était pas prévue au départ se termine mais Albert tient à manger du cochon de lait spécialité des restaurants du pays. Comme pour Patrick sont voeu sera exaucé (la visite à la vierge noire de Marija Bistrica sûrement). Nous trouvons en effet un restaurant qui offre de plus un parking gratuit aux camping-caristes : le cochonétait excellent la nuit fut bonne …jusqu’à 6 heures du matin lorsque les cloches du village nous réveillèrent sans ménagement.

La traversée de la Slovénie et de l’Italie sera faite sans escale touristique sinon en Italie pour nous ravitailler en « pasta, parmigiano e mozzarella di buffala ».

Deux longues journées de routes et autoroutes nous ramèneront à la maison, des souvenirs plein les t êtes et des images pleins les yeux.


emoticon

hongrie 23

Commentaires :

si vous avez un commentaire à formuler , , je le rajouterais sur la page

emoticon
emoticon

campingcar sympa , bricolage , loisirs créé le 31/01/2002 par rémy , revisité 20/08/15 , hébergé par celeonet statistiques awstats règles de confidentialité